Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 09:53

carlsberg_euro2012_simpleverticale_2701.jpgLes Brasseries Kronembourg ont définitivement choisi le mode festif pour communiquer autour des différentes marques rassemblées sous leur bannière. Après avoir eu le plaisir de vivre le 1er Arthur Guiness Day en France, je suis heureuse d'avoir été invitée à la soirée Carslberg du 19 juin prochain !

 

Cette soirée est organisée dans le prolongement du lancement de la canette "vert pelouse" proposée en édition limitée pour fêter l'Euro 2012 qui a débuté le 8 juin.

 

C'est aussi l'occasion pour la marque de fêter une progression des ventes exceptionnelle en 2011.

 

 

Dans une tradition de communication plus proche des marques de sport ou de parfum avec l'idée "d'être soi-même" et de s'assumer, Carlsberg défend le positionnement de "s’adresser à ceux qui osent être eux-mêmes : des urbains de 25 à 34 ans, CSP+, qui cultivent leur différence et qui ont le courage de s’affirmer, de suivre leur propre chemin sans se soucier du « qu’en dira-t-on ». Des individus en accord avec leur temps, explorant leurs talents et ce que le monde a à offrir dans le but de trouver le meilleur. Leurs attentes ? Trouver des produits alliant qualité gustative et design valorisant, ainsi qu’une marque moderne qui sait aire la différence et qui a de la personnalité." C'est dingue, j'ai l'impression de me regarder dans un miroir en lisant cette description, pas vous ? ;)

 

 

carlsbergEn 2012, cette marque iconique internationale, présente dans plus de 140 pays, va encore plus loin et déploie toute une stratégie d’attaque sur les terrains, à l’occasion de l’événement le plus fédérateur de l’année !

 

 

Carlsberg suit ses propres règles avec une modernité et un franc-parler qui la définissent depuis 1847. Jacob Christian Jacobsen, son fondateur, fut un brasseur visionnaire qui vit très tôt la nécessité d’investir dans la recherche. Carl Jacobsen son fils, a apporté son ambition à la marque et son goût d’entreprendre pour ainsi créer une marque innovante qui sait faire preuve de détermination.

 

 

 

 

Ne ratez pas la soirée Carslberg : une invitation pour 2 personnes à gagner !

 

La soirée Carlsberg aura lieu le 19 juin prochain à la Cité de la Mode et du Design et ne sera accessible que sur invitation... Au programme : Retransmission du match France-Suède commenté en direct par Laurent Baffie & Gérard Darmon + en live-streaming sur Facebook. DJ Set de Mouloud Achour.

Vous voulez y être ?  Soyez le premier ou la première à poster un commentaire expliquant pourquoi vous voulez vraiment vivre ce moment avec nous...

 

 

En attendant vous pouvez rejoindre la communauté "Unbottle yourself" sur Facebook : http://www.facebook.com/unbottleyourself

 

carlsberg2.JPG

 

 

et découvrir cette très chouette vidéo, parodie de Police Académy sur YouTube

 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 10:03

Pour que vive les légendes, il faut les raconter, encore et encore... Amatrice de bière, j'avoue ne m'être jamais intéressée à l'inventeur de cette bière si particulière qu'est la Guinness... et pourtant, il y a tellement de choses à apprendre !

 

Aussi, il était nécessaire que la France rallie la Confrérie des Pays qui Fêtent le "Arthur's Day", qui n'a rien à voir ni avec les Chevaliers de la Table Ronde, ni avec un animateur de radio ;)

 

 

Pour pouvoir me retrouver à bord de l'"arthur Guinness Boat", il a fallu un concours de circonstances assez bien synchronisées je dois l'avouer. Je venais tout juste de décider d'ajouter un de mes contacts Twitter en ami sur Facebook, et c'est en remontant le fil de son mur que je tombe sur une information énigmatique : "Assistera à l'Arthur Guinness Day, bonne soirée en vue !"...  tout en partageant gentiment le lien vers... une page concours sur le blog de... "La Fille du Rock" qui porte le nom d'une fée Celtique... comme par hasard... la soeur d'Arthur (le Roi)... Morgane. ;) Vu la difficulté de la question (dîtes-moi quel est votre type de bière préféré (blonde, brune, à carreaux etc)), je me suis risquée à participer : j'ai bien fait, vu que j'ai gagné le sésame tant espéré !

 

La péniche, arrimée face à la Tour Eiffel, au pied du Trocadéro, avait été mise aux couleurs de Guinness ; et pour se mettre dans l'ambiance, un joli chapeau (non pas le chapeau de lutin de la Saint Patrick ;)) nous était gentiment offert à l'arrivée. Le groupe engagé pour la soirée (et qui n'a pas de nom...) a vraiment contribué a mettre une bonne ambiance, même si l'attroupement s'est massivement porté sur le ponton, vu la douceur de l'air, petite cerise sur le gâteau d'anniversaire de la soirée !

 

J'ai été curieuse de savoir comment les 150 autres privilégiés étaient arrivés sur cette péniche et le dispositif mis en place est vraiment original : Guinness a donné rendez-vous à ses consommateurs dans l’un des 43 pubs et bars branchés (partout en France) et des hôtesses Guinness se sont déplacées avec un iPad pour faire participer les consommateurs à un quizz sur la marque. Parmi les bonnes réponses à ce quizz, un tirage au sort a été effectué. Les 150 gagnants étaient donc conviés hier soir...

 

Il fallait néanmoins être à l'heure, car à un certain moment, la péniche a largué les amarres pour une croisière sur la Seine. Afin de dérider les plus coincés, une "animation photo" était proposée : poser sur fond vert devant un photographe qui vous incrustait ensuite devant une foule en délire... ou comment devenir célèbre en instantané !

 

J'ai pu savourer l'un des cocktails proposer, un Shandy : juste de la limonade ajoutée à la Guinness... sacrilège pour les puristes, mais il est vrai que cela atténue un peu l'amertume et pour une fois, ce n'était pas désagréable de faire une entorse aux vieilles coutumes...

 

MAIS SINON, QU'AI-JE APPRIS ?

 

Ayant quitté assez précipitamment l'espace VIP faute d'ambiance endiablée (sorry), je n'ai pas discuté avec le Maître Brasseur, ni tester la table pression... Mais je me suis rattrapée cette nuit en rentrant, en visitant Wikipédia et le site très bien documenté de la marque... et j'ai récupéré le Dossier de Presse auprès d'une de nos charmantes RP.

 

Ainsi donc, la légendaire Guinness propose une "Table Pression" qui vient s'adjoindre les petites subtilités des nouvelles technologies : "cette table pression "Tirez votre propre pinte"  [« Pour Your Own Pint (PYOP) » en V.O] propose aux buveurs de sélectionner au bar la bière de leur choix et de prépayer leurs consommations, tandis que le gérant programme la table à distance, via un système Wi-fi. Afin de garantir une consommation responsable, le tirage de la bière peut‐être stoppé à tout moment en cas d’abus. Disponible dans 16 pubs et bars branchés à travers la France : Strasbourg, Dijon, Lille, Bordeaux, Le Mans, Clermont‐Ferrand, Marseille, Tours, Lorient, Metz, Brest, Saint‐Brieuc, Pau, Nice, Hossegor, vous pourrez tenter l'expérience près de chez vous.

 

Pourtant, les vrais amateurs de Guinness vous diront que pour tirer une pinte de cette bière, il faut bien s'y connaître car c'est Arthur lui-même qui a inauguré une tradition, qu'il faudrait tout de même et connaître, et respecter :

 

"Une légende veut que le service en deux temps de la guinness ait une origine religieuse. Arthur Guinness aurait commencé à se servir quand sonna l'heure des vêpres (prière durant laquelle on stoppe toute activité pour le recueillement). Il du s'arrêter de remplir sa pinte pour ne reprendre que quelques minutes plus tard. Sa Guinness lui sembla meilleure, et généralisa cette méthode de service en deux temps." 

[Wikipedia]

 

Ainsi, une Guinness

 

"a [également] besoin d'une tireuse spécifique à azote afin d'être servie à la pression (les autres bières utilisant principalement du dioxyde de carbone). L'action de l'azote exige plus de temps que le dioxyde de carbone et forme de plus petites bulles. Ces bulles forment une mousse dense, crémeuse et relativement persistante. Selon les « règles » du service d'une Guinness, une pinte (environ 50 cl) demande près de 2 minutes (119,5 secondes selon la brasserie[1]) pour être tirée, cela en grande partie dû au fait que les barmans doivent remplir tout d'abord la pinte à 70-80%, attendre que les bulles se stabilisent et que le chapeau de crème redescende avant de terminer de servir la pinte[20]. Cette règle est principalement observée en Irlande et il est relativement courant que les touristes de passage commencent à boire leur pinte alors que leur verre n'est pas encore complètement rempli, provoquant ainsi l'hilarité des habitués[20]. La brasserie Guinness a d'ailleurs beaucoup communiqué sur le fait que « de bonnes choses viennent à ceux qui attendent » ("good things come to those who wait").

Selon une tradition, il est dit que lorsqu'une Guinness est servie à la pression, on doit pouvoir dessiner un trèfle (symbole national irlandais) dans la mousse car celle-ci doit être épaisse. Si le trèfle s'efface ou qu'il est impossible d'en faire un, le client peut, s'il le veut, ne pas payer sa Guinness."

 [Wikipedia]

 

Au-delà de ces subtilités de "tirage", l'histoire de cette marque est très bien racontée sur le site via une foule de petites anecdotes savoureuses, même si c'est encore sur Wikipedia que j'ai ainsi appris l'origine du fameux Guinness Book :

 

Le Guinness book : L'entreprise Guinness est à l'origine du Livre Guinness des records qui recense des milliers de records. Lors d'une partie de chasse en 1951, Sir Hugh Beaver (directeur de la brasserie Guinness) fut entraîné dans un débat pour savoir d'entre le pluvier doré et le tétras, lequel volait le plus vite. Se rendant compte qu'il était alors impossible de le savoir, même en consultant des ouvrages de référence, il lui vint à l'esprit qu'un livre qui apporterait des réponses aux discussions ayant lieu dans les 81 400 pubs de Grande-Bretagne et d'Irlande aurait un énorme succès[28].

[Wikipedia]

 

On apprend néanmoins sur le site, l'arrivée de la harpe dans le logo, devenue emblématique : "en 1862, on adopte l'étiquette de la marque sur les bières - l'étiquette d'un buffle en ovale avec la harpe et la signature d'Arthur Guinness. La harpe est enregistrée comme marque de commerce en 1876" ; et la naissance du premier cocktail : "en 1861, alors que les habitants de la ville de Londres sont en deuil suite à la mort d'Albert, le prince consort, un serveur au club Brookes a une idée inédite. Selon la légende, il décide que même le champagne se doit d'être en deuil et il le mélange donc à de la Guinness Extra Stout. Il vient donc d'inventer le "Black Velvet", un cocktail encore populaire de nos jours".

 

Quant au Shandy que j'ai bu, son origine - tout à fait d'actualité en ce Championnat du Monde de Rugby - viendrait d'après Wikipedia d'une trouvaille de l'équipe de rugby de Nouvelle-Zélande qui pendant une tournée à travers le monde "aurait commandé après un match de la Guinness avec de la limonade à la place d'un panaché (bière blonde + limonade). L'équipe trouva le mélange très rafraîchissant. Certains pensent qu'il s'agit de l'origine de leur surnom, les All Blacks, mais cela est peu probable".

 

Cette soirée aura donc été rafraîchissante ET enrichissante : vivement la Saint Patrick !!!

 

 

 

L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE

  guinness

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 15:34
Nom d'une bobinette ! A chaque fois que j'y vais et que je rentre à Paris, le choc est le même : dès que je remets le pied dans notre capitale, le pas s'accélère, la tension monte, l'oxygène vient à manquer...

Le plan de développement urbain de Montréal est strict : une construction = un parc... l'équation est simple d'autant plus que la crise du logement n'existe pas là-bas, la densité absente, les grands buildings réservés aux quartiers d'affaires... Petit paradoxe : ce sont les Français qui ont conçus la ville... Il est vrai qu'il était plus facile de partir de rien que de refaire Paris en un (ou plusieurs) jour(s)...

et puis Montréal tient son nom du Mont Royal : ce véritable poumon en plein milieu de la ville qui la surplombe et la colore au rythme des 4 saisons... de quoi faire de belles ballades sans partir loin de la maison ...

Je connaissais l'été indien grâce à Joe Dassin, mais quand j'ai pu le voir en live l'année dernière, je suis tombée amoureuse de Montréal et des Laurentides... toutes ces nuances chatoyantes : on ne s'en lasse pas. Conjuguées à cette langueur (monotone), on s'abandonne, on ne réfléchit pas et on se dit qu'on reviendra (comme Charlebois)...

Partager cet article

Repost0
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 09:57




RENDEZ-VOUS DES OURSONNES ET OURS DÉBONNAIRES, CES FOLLES ET FOUS DE LA PLACE DE L’ART ET DE LA CULTURE pour une courte performance poétique

MARDI 1ER JUILLET de 13H À 13H15,

À PARIS, dans le jardin du Palais Royal (espace des colonnes Buren) sous les fenêtres du Ministère de la Culture, en PROVINCE, devant le siège du pouvoir culturel, munis de vos masques d’ours...

(à télécharger ici)

Les Ours, c’est nous, artistes, créateurs, auteurs, musiciens, plasticiens, c’est vous, publics des galeries, auditeurs de concerts, spectateurs de théâtre, lecteurs... bref nous tous, gens de culture professionnels ou non. Nos désirs, nos pensées, nos histoires, nos rêves semblent déranger, ou pire apparaissent inutiles à certains, mais nous ne circulerons pas : nous avons encore tant à voir et à faire ensemble !

Les Ours

Au-delà de la situation financière et professionnelle des artistes dramatiquement dégradée, ce rassemblement régulier, lancinant, qui devient avec le nombre dérangeant, vise à défendre la place de l’art et de la culture dans notre société : c’est donc une manifestation éminemment politique qui concerne tous les citoyens.



Cassandre porte depuis 1995 les valeurs d'un art en prise avec la société dans la lignée des combats de l'après-guerre, fait avancer les idées et lutte contre l'endogamie. Notre travail est celui d'une « nouvelle critique » qui ne se contente pas de juger l'« objet », mais appréhende le geste de l'art en prenant en compte la relation à l'histoire, aux populations et aux lieux.
Mettez vos informations en ligne sur www.passeurs.org, recevez microCassandre chaque mois et  abonnez-vous à Cassandre, la revue art/société.
Cassandre/Horschamp, Cité européenne des Récollets, 150, rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris. 
Tél.: 01 40 35 00 98 www.horschamp.org

Partager cet article

Repost0
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 09:10
Mon constat d'un premier jour de soldes, c'est que ça marque les esprits... quand je demande à mes stagiaires quelle est l'actu du jour... c'est celle-là qu'on me donne... même si je l'avais entendu aux infos, je n'y avais pas prêté attention plus que ça : acheteuse au coup de coeur, je ne vais pas attendre plusieurs semaines pour bénéficier d'une ristourne - même conséquente - pour me faire vraiment plaisir...

Pour moi le soldes resteront un très mauvais souvenir cette année : imaginez-vous sur les Champs-Elysées, à la fin d'une très longue journée (de boulot... pas de shopping ;), en béquilles, épuisée, ayant déjà eu à subir une panne d'ascenseur et une panne d'escalator le matin... vous choisissez de rentrer en taxi - un luxe - pour vous éviter une fatigue supplémentaire et... vous restez coincée une heure dans des embouteillages records.. avec un taux de pollution qui frôle l'asphixie et une chaleur inhumaine à Paris...

Je vous le demande comme un service : allez faire les boutiques en vélib' ! ;)


Partager cet article

Repost0
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 07:51
22 ans déjà...


Partager cet article

Repost0
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 16:35

Partager cet article

Repost0
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 16:26
Retrouvez un de mes derniers article publié initialement sur facebook, repris sur le site de la Librairie A Livr'ouvert

Partager cet article

Repost0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 12:05

Partager cet article

Repost0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 12:20
Marc Lévy commençait le récit de son premier best-seller (adapté depuis au cinéma) en parlant d'une femme (en fait son "fantôme") qui vivait dans le placard de l'appartement d'un jeune homme... oeuvre de fiction totalement prenante.

Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le lien avec cette brève sur laquelle je viens de tomber par hasard : "Un Japonais découvre une femme vivant dans un placard de sa maison"...

quand la réalité dépasse la fiction ;)

Partager cet article

Repost0

A Propos De L'auteure

  • : Le blog CréaTif : Création, Culture, Communication, Emploi, NTIC et Sociologie
  • : pensées, paroles et actions d'une CréaCtive ! Création et développement de votre image artistique, professionnelle et personnelle, grâce à une expérience de 25 ans dans les secteurs de la Communication et de la Culture...
  • Contact

Retrouvez-moi aussi sur :

reseaulution.JPG
 bandeaufee.JPG

Rechercher

Ma présence sur le web