Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 21:23
L'attrait des honneurs oblige souvent à se pervertir et à se déguiser pour obtenir une reconnaissance qui peut, finalement, provoquer le plus grand des regrets : celui de n'être pas soi-même.

Pour un comédien, est-ce le sommet de son art ou bien le plus grand des paradoxes d'être récompensé d'un Molière pour avoir interprété Tartuffe ?

Pour une femme déjà Ministre de la Culture, est-il encore besoin d'obtenir le suffrage du peuple et devenir Maire pour se sentir accomplie ?

Finalement, avoir retrouvé l'amour de sa vie à 50 ans, n'est-ce pas là le plus important ?

Rendez-vous au Théâtre du Nord-Ouest à partir du 4 janvier pour profiter des prolongations des "Tentations Electives" de Benjamin Oppert  et obtenir la réponse à ces questions ! Plus d'infos ici.

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 13:24
reprise de mon article sur facebook


 


Au début, il y a l'arène vide du cirque d'hiver...

Puis, le tambour résonne, le boogie-woogie des années 50 ronronne dans les hauts-parleurs, les tentures rouges et bleu nuit s'agitent doucement pour laisser place à l'entrée des techniciens de la régie et aux musiciens...

Quand les lumières s'éteignent, l'air de rien un "hurleur" commence à nous raconter la vie de celle qui ne s'appelle pas encore Piaf, encouragé par quelques "touristes" américains ou anglais...

Tout débute dans un "claque", se poursuit sur la butte, à Pigalle pour monter jusqu'à Broadway.

La magie commence avec les lumières, la musique en live, les costumes, les coiffures et maquillages, les astucieux éléments de décors, les chorégraphies impeccables,... et prend corps avec la talentueuse Marie Orlandi qui incarne - avec toute la force du verbe - une "môme" attachante, bouleversante, criante de vérité ; le tout au milieu d'une troupe qui la porte et l'emporte de ses débuts à sa fin.

Le frisson est garanti, ainsi que les larmes, qui n'étaient pas là que pour l'effet ce soir de dernière...


La salle était debout pour applaudir l'audace de cette équipe pleine de talents : d'un chanteur d'opéra à un acrobate, en passant par toutes les voix, de la poésie de Cocteau incarnée par un doux rêveur aux débuts fracassants d'un jeune Yves Montant, d'une drag-queen tenancière de bordel à une meneuse de revue américaine, d'une Marlène à un Marcel, d'un Paul indifférent à un Georges très charnel, de danseuses de French Cancan à "titi" amoureux, d'un coiffeur au nom imprononçable à une assistante toujours fidèle, tout ce beau monde chantait, dansait, se battait ou s'aimait et nous transmettait au passage toute la palette des sentiments qui ont animés la vie d'une "grande petite".

En savoir plus : http://www.piafjetaime.fr

Partager cet article

Repost0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 11:31

J'ai la chance d'avoir rencontré par un heureux "hasard" ce grand monsieur alors que je n'avais pas 18 ans... Son humilité déjà à l'époque était tellement grande qu'il s'était présenté à moi comme un simple metteur en scène... C'est au fil des années que j'ai démêlée la pelote de sa vie et que ses fils et les miens se sont croisés depuis quinze ans.

Heureusement que Claude Guerre et Michel Archimbaud ont osé lui demander de sortir ses textes du tiroir et que tout ait concourru pour nous offrir ce morceau d'émotion brute et intense mardi dernier : l'Ange divulgué à la maison de la poésie à Paris...

Des mots debouts, incarnés par des voix polyphoniques, tantôt souffle, tantôt cri... Homme ou femme ont porté les paroles sorties des tiroirs de ce grand monsieur du théâtre, Gabriel Garran.

Plus d'un demi-siècle d'histoire, de la perte d'un père pendant la guerre, à la découverte de la langue déchirée et léguée à nos anciennes colonies, héritier de tous les combats, porte drapeau, marchant souvent à contre-courant, empruntant les chemins de traverse, préférant débrousailler que marcher à découvert, faisant traverser le périphérique à la culture (avec ou sans majuscule), faisant claquer les mots comme des balles pour abattre les a priori et renverser les ordres établis, créant ce qui n'existe pas.

Ces poèmes prennent aux tripes quand une comédienne s'avance et nous offre une ode au théâtre, quand un couple s'avance pour nous évoquer de la façon la plus imagée et pudique qui soit une première fois, quand un double de l'ange Gabriel dénonce ce petit monde imbu de lui-même

On part de la naissance malencontreuse de cet enfant dans la honte et la fuite, qui le mèneront de Pologne en France, mâchant du papier pour s'imprégner de ces livres, lui pour lequel les portes de l'école étaient closes.

Et puis, dans ce jeu d'ombre et de lumière, parmi les comédiens "nus" portant le texte de leurs voix et de leurs tripes et une ambiance sonore (de Romain Kronenberg) ponctuant, soulignant la tension émotionnelle... soudain l'émotion atteint son paroxysme quand Tcheky Karyo, poète lunaire, funambule, s'installe guitare à la main et nous chante un texte sur lequel il a composé la musique... j'en ai pleuré.

Chacun s'est donné pour faire vivre la parole de cet homme de l'ombre, humble, qui s'excuse presque, nous disant que tout cela aurait pu rester des ses tiroirs, mais le public répond unanime : "cela aurait été dommage".

Ce témoignage vivant, ce regard décalé sur la vie, l'amour, l'écriture, le théâtre, la place de l'art dans la vie et inversement.

Exister envers et contre tout et tous, oser s'imposer, même si l'on n'a pas le profil de l'emploi et offrir aux autres une place, se sentir proche de tous, les écouter, porter en soi son héritage, chercher son reflet dans les miroirs déformants : un regard lucide, touchant, cynique parfois, mais surtout aimant.

Il serait dommage que cette représentation - véritable moment de grâce - reste unique : il faut que cette parole vivante, vibrante, s'envole et aille à la rencontre de tous les amateurs (au sens premier du terme), de tous les amoureux de la langue.

à savourer sans modération, le livre sera publié prochainement et est à se procurer impérativement.

L'Ange divulgué
Poèmes de Gabriel Garran
aux Editions Archimbaud
parution le 3 juin 2008
contact
Myriam Lothammer
01 48 04 04 65 / 06 08 50 26 41
myriam.lothammer@wanadoo.fr
Le Parloir Contemporain
345, rue Saint-Martin
75003 Paris

Partager cet article

Repost0
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 13:32

Placez en observation un lâche con-génital, une demi-sœur qui n’est pas la moitié d’une p…., un italiano qui est homo…phile, une Elizabeth qui n’a rien d’une Queen, et une apprentie camionneuse ascendante fée clochette, le tout réuni autour d’une Maud plutôt MAUssaDe (voir maux-sad)…

Remuez le tout, et vous apprendrez que nous sommes tous des cochons… d’Inde et la vie une farce.

Alors, plutôt que de devenir des dindons, venez rire à l’occasion d’une pendaison de crémaillère pas comme les autres !
 
Pour plus d'infos sur la pièce et bénéficier de places à tarif réduit grâce à Billet Réduc, cliquez ici !


PS : pour l'anecdote, je me disais récemment que cela faisait trop longtemps que je n'étais pas allée au théâtre. Il a suffit que je me fasse gentiment interviewée sur la sortie prochaine du remake de "L'emmerdeur" pour m'y retrouver... merci Lionel !

Partager cet article

Repost0
6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 14:41

spectacle-869.jpgCela fait plus de 10 ans que je suis de près ou de loin le monde du comique. J'ai eu la chance de voir les premiers pas d'un Jamel Debbouze et autres Eric et Ramzy sur la scène ouverte du FIEALD au Trévise.


J'ai eu le plaisir de retourner traîner mes guêtres du côté du
Café Oscar récemment et j'ai ainsi eu le loisir de passer de très bons moments, mais surtout de rire aux éclats et de découvrir un duo de talent : Garnier et Sentou...


Du grand ART pour ce duo qui fonctionne sur la force du contraste, sur la puissance et la souplesse de ces deux gymnastes de haut niveau dotés d'un grand sens du gimmick. Dans la lignée de Jerry Lewis et Dean Martin - eux-mêmes héritiers de Buster Keaton – Guillaume Sentou nous fait penser à Jim Carrey et Cyril Garnier à Michaël Caine… Un cocktail prometteur et qui mérite le succès !


Une grande claque aux grosses ficelles, à la vulgarité et à l'amateurisme, ces deux-là iront loin parce qu'ils ont la passion et l'amour des choses bien faites et un respect profond du public. Je ne peux que vous encourager à aller les découvrir en direct live sur la scène du Point Virgule si vous passez le mois d'août à Paris !






 

J'ai également le plaisir de vous parler d'un vieil ami qui crève les planches du Petit Palais des Glaces depuis un moment : Thierry Samitier (à qui je fais mes amitiés) dans un spectacle comme lui : tendre et drôle à la fois...

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

A Propos De L'auteure

  • : Le blog CréaTif : Création, Culture, Communication, Emploi, NTIC et Sociologie
  • : pensées, paroles et actions d'une CréaCtive ! Création et développement de votre image artistique, professionnelle et personnelle, grâce à une expérience de 25 ans dans les secteurs de la Communication et de la Culture...
  • Contact

Retrouvez-moi aussi sur :

reseaulution.JPG
 bandeaufee.JPG

Rechercher

Ma présence sur le web