Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 01:32

Le mouvement est la preuve d'une volonté d'avancer, parfois on le suit, parfois on l'anticipe, Moovement lance sa version gamma (non, ici il ne s'agit pas de lessive, éventuellement d'agents actifs ;) et renouvelle son offre dans une démarche volontairement grand public :

 

« Se targuer du web 2.0 c’est très à la mode, en appliquer l’esprit, à savoir écouter les

utilisateurs et partager, c’est mieux ! » explique Jacques Froissant, co-Fondateur.

« Notre objectif donc, pour cette nouvelle version, a été d’amener des fonctionnalités qui

répondent aux vraies attentes des candidats (localisation d’un poste, plus d’informations sur les

sociétés, liens avec les réseaux sociaux,…) et non pas de penser pour eux. »

Cette nouvelle version de son moteur de recherche d’offres d’emploi intégre des fonctionnalités tirées du web 2.0 (Réseaux sociaux, Facebook, Twitter, Géolocalisation, Flickr,…) répondant à des besoins concrets et utiles.

A rappeler : l'année dernière Moovement avait lancé le Blog emploi Challenge (pas de version 2007 ?)

 

Repost 0
Published by Tiffany Assouline - dans Réflexions
commenter cet article
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 00:43

pour continuer dans l'exploration vidéo du côté du beau et du sens-ible (parce que le sens est aussi important), j'ai retrouvé ce clip qui m'avait marquée lorsque j'étais allée au cinéma voir un très bon film d'ailleurs ("2 Days In Paris" de et avec Julie Delpy) :

 

 

Repost 0
Published by Tiffany Assouline - dans Réflexions
commenter cet article
19 octobre 2007 5 19 /10 /octobre /2007 00:12

 J'ai été heureuse de recevoir la newsletter du e-recrutement 2.0 de Job Meeters, car non seulement c'est un document utile et beau (ce qui n'est pas toujours le cas) et d'autre part car j'y ai retrouvé "en couverture" un de mes contacts réseau (David Mollière pour ne pas le nommer).

Au-delà de ces informations, il y a quelque chose qui m'a fait réagir, réfléchir et aboutir à ce billet ; cette nouvelle accroche et ce nouveau terme : "le talent prend le pouvoir", "la talenthèque"...

Comme le mets en avant Patrice Malaurie :

Chacun de nous possède des talents, mon job de recruteur a été de les identifier et de trouver dans quels contextes ils s'exprimaient le mieux. Il me semble aujourd'hui possible et indispensable d'améliorer cette recherche d'adéquation grâce aux apports du Web 2.0.
Bienvenue chez JobMeeters !

Ce qui me plaît dans cette démarche, c'est le dépassement des notions basiques et étriquées de CV et de compétences... Un talent est une caractéristique que l'on n'acquiert pas forcément, ou qui vient s'ajouter par l'amalgame de compétences et d'expériences... C'est une richesse assez unique...

Valoriser les talents est un plus, et ne serait-ce que l'utilisation d'un terme aussi positif montre une démarche novatrice...

De plus, un talent, à l'image d'un potentiel, se révèle... aussi la Talenthèque est une sorte d'incubateur et de filtre qui permet de mettre en lumière ces jolies pousses et de leur donner une chance de s'épanouir dans l'environnement idéal.

à suivre...

Repost 0
Published by Tiffany Assouline - dans Réflexions
commenter cet article
10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 16:47
adverbia, la petite agence qui monte ;) a eu la bonne surprise de découvrir son nom dans le classement des agences innovantes dans numéro de rentrée d'acteurs publics... Jugez vous-mêmes :

Repost 0
Published by Tiffany Assouline - dans News
commenter cet article
10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 16:40
En me googlisant, comme je le fais de temps en temps (narcissisme ?) j'ai trouvé cette référence qui m'a réchauffée le coeur : LA MEILLEURE DES THERAPIES Fellag, auteur et comédien algérien /Tiffany ASSOULINE in : Cassandre, Hors Série 3, 1999, p.74 sur le site de La Bellone, Maison du Spectacle à Bruxelles. Un très bon souvenir...
Repost 0
Published by Tiffany Assouline - dans Réalisations
commenter cet article
10 octobre 2007 3 10 /10 /octobre /2007 00:10

De passage sur Dailymotion, mon oeil a été attiré par une des vidéos mise en avant sur la page d'accueil... j'ai trouvé ça beau et vraiment très puissant comme image... une communication subtile mais qui a toute sa force, sans doute plus que tout message "punch".

 

Repost 0
Published by Tiffany Assouline - dans Vidéos
commenter cet article
6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 14:41

spectacle-869.jpgCela fait plus de 10 ans que je suis de près ou de loin le monde du comique. J'ai eu la chance de voir les premiers pas d'un Jamel Debbouze et autres Eric et Ramzy sur la scène ouverte du FIEALD au Trévise.


J'ai eu le plaisir de retourner traîner mes guêtres du côté du
Café Oscar récemment et j'ai ainsi eu le loisir de passer de très bons moments, mais surtout de rire aux éclats et de découvrir un duo de talent : Garnier et Sentou...


Du grand ART pour ce duo qui fonctionne sur la force du contraste, sur la puissance et la souplesse de ces deux gymnastes de haut niveau dotés d'un grand sens du gimmick. Dans la lignée de Jerry Lewis et Dean Martin - eux-mêmes héritiers de Buster Keaton – Guillaume Sentou nous fait penser à Jim Carrey et Cyril Garnier à Michaël Caine… Un cocktail prometteur et qui mérite le succès !


Une grande claque aux grosses ficelles, à la vulgarité et à l'amateurisme, ces deux-là iront loin parce qu'ils ont la passion et l'amour des choses bien faites et un respect profond du public. Je ne peux que vous encourager à aller les découvrir en direct live sur la scène du Point Virgule si vous passez le mois d'août à Paris !






 

J'ai également le plaisir de vous parler d'un vieil ami qui crève les planches du Petit Palais des Glaces depuis un moment : Thierry Samitier (à qui je fais mes amitiés) dans un spectacle comme lui : tendre et drôle à la fois...

 

 

 

 

 

 

Repost 0
6 août 2007 1 06 /08 /août /2007 09:11

Passionnée de lecture, il est rare que je ne sois pas en train de butiner plusieurs livres à la fois. Ces derniers temps, j'ai eu la main particulièrement heureuse (en général j'achète mes livres par "coup de coeur" sans aucune logique ou recommandation) et je voulais partager mes trouvailles avec vous...

Sans le faire exprès, j'ai fait un retour dans les 60's au travers de deux livres, mais à la fois des deux côtés de l'Atlantique. Il a été curieux pour moi de sentir à la fois comme tout et rien n'avait changé.

Tout a commencé en passant devant un présentoir de livres soldés à côté d'une agence bancaire située près de chez mon médecin... dans lequel j'attrappe : "Le féminin pluriel" des soeurs Groult. Ce livre écrit en 1965 présente les deux visages d'un homme entre le regard de sa femme et celui de sa maîtresse. Situation classique mais traitée avec une sensibilité toute féminine, une froideur et une pudeur mêlées, le portrait est saisissant de vérité sur l'adultère, mais également sur les moeurs d'une société victime de sa "modernité". Même si à cette époque l'avortement n'était pas légal, il se pratiquait et renvoyait la femme à l'eternel dilemne de parfois devoir choisir entre sa part de féminité et sa "nouvelle" liberté... et certaines constantes se retrouvent, éternelles et intemporelles :

"je me suis rendue non pas chez UN coiffeur mais chez LE coiffeur... Avoir besoin des plus grands artistes capillaires pour se forger un visage allural me déprime. Pourquoi la femme est-elle toujours acculée à tricher sur son apparence ?...Quand quelques-unes trichent, les autres sont obligées de s'aligner"; "Quel plaisir peut-on trouver au XXème siècle, quand on possède à Paris un appartement avec moquette, un Compteur Bleu, un Four à Thermostat et un Chauffage Central, à venir patauger dans des chemins moyenageux, à manger des pommes de terre brûlée sous la cendre, à faire chauffer de l'eau sur un réchaud, à scier du bois ? ... Je comprends qu'un paysan rêve de télévision et de fauteuils-club, mais notre retour à la glèbe, notre course à la rusticité frôle le ridicule. C'est toute l'absurdité de la condition humaine, montée sur le faîte, aspirant à descendre, achetant des Robots-Marie et des tapis de Turquie pour, quand ils les ont, courir ensuite vivre sur la terre battue et cuisiner dans une marmute de fonte" ; "On ne demande plus aux filles de seize ans de réciter alpha, bêta, gamma, mais de connaître l'abc de la beauté... Le bachot ? Ca ne mène à rien, tout le monde le répète...Mais tout le monde à les mêmes armes aujourd'hui, putains, adolescentes ou femmes expérimentées, et tous les cups sont permis, surtout les cups bas... De toute façon, la femme vieillissante n'a droit qu'aux quolibets des voyous ou, au mieux, à l'indifférence. On l'ignore. Jamais de vieilles femmes dans les magazines : il ne faut pas démoraliser la population. Touts sont lisses et souraientes et celle qui a des rides comme vous et moi reprend dans la photo suivante sous l'influence de Magic Secret son teint de fleur. Comment ont fait ces femmes, qu'on voit dans le métro,  pour vieillir quand même ? Elles sont coupables. Allez ! Au ban de la société !".

De visite du côté des Champs-Elysées, j'ai rendu visite à une de mes librairies préférées où les livres sont commentés... Je ne me rappelle pas de ce qu'il y avait écrit sur le carton de "Sylvia" d'Howard Fast, mais je l'ai acheté et je ne l'ai pas regretté. Amateur de bon vieux polar, vous retrouverez ici toute l'ambiance mythique de l'Amérique des années 60 avec ses grosses voitures, ses belles femmes glamour et ses reliefs entre ombres et lumières, richesse et pauvreté, succès et défaites... Au travers d'une enquête pour reconstituer - à la manière d'un puzzle - la vie de la future épouse d'un riche milliardaire qui veut tout savoir des bonnes moeurs de sa dulcinée, notre détective va peu à peu trouver l'amour... Un coup de maître, un trait de génie et les amateurs de poésie ne seront pas en reste !!!

A peu près au même moment où Calogero sortit son "Pomme C" écrit par la talentueuse Zazie capable de toujours capter les ondes du moment, je tombais sur les rayons de la Fnac des Ternes sur "amours-etc.com" qui retrace la correspondance emailique de deux jeunes trentenaires à la recherche de l'amour au travers de l'écran de leur ordinateur. Poignant de vérité et savoureux de cocasserie, il ne fait que décortiquer les milles et un chemins qui nous mènent vers la vérité de notre coeur et qui nous fait choisir ce quelqu'un plus qu'un autre...

C'est toujours à la Fnac, mais des Halles que j'ai cédé la deuxième fois à la tentation de lire "la fascination du pire" de Florian Zeller : en général, je fuis les livres primés ou tout ce qui se dit "à la mode". Le voyage était à la hauteur du titre : satire toute en subtilité de notre ère terrorisante, Florian Zeller se pose et nous pose les bonnes questions tout en se cachant derrière les voix plurielles et cacophoniques de ses personnages décalés. Un véritable labyrinthe qui vous aspire de la première à la dernière page et dans lequel on risque parfois de se perdre en se retrouvant face à face avec la bassesse humaine et les pires cauchemars de destruction totale... Pourtant, on ressort de cette lecture rassuré par la lucidité de l'auteur !

Ce petit goût de satire lucide se retrouve dans un style pur British chez Stephen Clarke pour son "G-od save la France" : où comment redécouvrir notre quotidien "merde in France" (comme dirait Dutronc) dans le regard d'un transfuge outre-manche. Les situations les plus délirantes y sont exprimées avec le plus grand sang-froid et l'humour noir est parfois au rendez-vous... de là à vouloir sauter dans l'Eurostar, il n'y a qu'un pas qu'un personnage de Marc Lévy propose de faire à son meilleur ami dans "Mes amis Mes amours", son dernier roman sorti en poche. Cet opus fait la part belle aux "nouveaux papas" issus de l'explosion des couples et confrontés à l'artistique jonglage du père divorcé. Avec des fils directeurs récurrents, en utilisant toutes ses vies (l'auteur a effectivement été architecte avant d'exploser comme écrivain à succès) et en osant un clin d'oeil très mignon à ses héros de "Et si c'était vrai", ce roman nous permet de voyager à moindre frais vers la campagne anglaise et les lieux les plus branchés de London, tout en laissant se tisser des liens d'amour et d'amitié afin d'explorer toute la carte du tendre... à savourer lentement.

Au rayon des amours, toujours, c'est sur les rayons du Champion près de chez moi que j'ai finalement acquis  "Ensemble c'est tout" d'Anna Gavalda. Encore une fois, je n'ai pas pour coutume d'acheter systématiquement le dernier livre d'un auteur déjà repéré et encensé, mais j'ai été sensible à ce patchwork de vies qui se retrouvent cousues ensemble et pas de fil blanc... L'écriture d'Anna Gavalda fait appel à notre enfance, à nos rêves, à nos espoirs et à nos peurs... Ses personnages ne sont pas parfaits mais au contraire tordus et terriblement humains. Et c'est pourquoi derrière le roman, on renoue tout simplement avec l'humanité et l'envie d'aller vers l'autre.

Sensible au titre (quand ce n'est pas à la couverture, au quatrième de couv' ou à tout autre "détail" du même genre) quand je choisis un livre, et très attachée au fameuses "emmerdes" d'un certain Aznavour, je n'ai pas pu résister à l'achat de "Mes amies, mes amours, mais encore ?" d'Agathe Hochberg. Au travers d'un groupe d'amies, on retrouve le spectre des illusions, fantasmes et dures réalités de la vie d'une femme d'aujourd'hui face à sa réalisation en tant qu'individu membre d'une famille, d'un couple, d'un métier, d'une société... Chacune pourra s'y retrouver, même si l'on reste sur sa fin et que l'on voudrait bien connaître "la suite", comme une réponse à nos propres questionnements... mais finalement, c'est à chacun de prendre ses propres décisions...

Repost 0
Published by Cré@Tif - dans News
commenter cet article
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 01:51
Repost 0
Published by Cré@Tif - dans News
commenter cet article
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 01:01

Il y a presque un an, j'ai trouvé un joli mail dans ma boîte et c'était une des premières perches que l'on me tendait. Quelqu'un dans l'espace du web avait besoin de moi... Et pas n'importe qui, mais une voix.

Ainsi, j'ai découvert Bruno Bazinet... ou plutôt devrais-je dire, Bruno Bazinet m'a permis de le découvrir... J'ai été touchée par sa sincérité, son sens de la mélodie et du mot juste...

"Monsieur" Michel Jonasz ne s'est pas trompé en l'encourageant et il a été récemment invité par Evelyne Adam (« La compil » sur France Bleue), dans le cadre des Tremplins de la chanson.

Je vous laisse apprécier, mais "Attention, Fragile" !

 

Repost 0
Published by Tiffany - dans News
commenter cet article

A Propos De L'auteure

  • : Le blog CréaTif : Création, Culture, Communication, Emploi, NTIC et Sociologie
  • Le blog CréaTif : Création, Culture, Communication, Emploi, NTIC et Sociologie
  • : pensées, paroles et actions d'une CréaCtive ! Création et développement de votre image artistique, professionnelle et personnelle, grâce à une expérience de 25 ans dans les secteurs de la Communication et de la Culture...
  • Contact

Retrouvez-moi aussi sur :

reseaulution.JPG
 bandeaufee.JPG

Rechercher

Ma présence sur le web