Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 10:54
Article à lire sur mon blog "Visions de l'écrit" sur la plateforme Owni.fr

Réflexions post-partum ou la “douce révolution” du Groupe Le Figaro

Le titre de cet article se réfère à la métaphore filée par Bertrand Gié lors de la conférence d’hier soir au Press Club, sur le thème : Le Figaro.fr/Le Figaro, l’union sacrée du web et du print. Illustrant l’évolution de l’intégration du support web au sein du groupe Le Figaro, il est parti de l’image de la FIV (fécondation in vitro) effectuée par une équipe, à l’extérieur même des locaux et dont l’embryon s’est ensuite implanté dans le ventre de la mère pour se développer… Même si la volonté hiérachique devait être forte pour réussir la transition, elle s’est appuyée sur les ressources en interne et les personnes motivées pour instaurer le changement. Car on ne devient pas n°1 (classement de Juin 2009 avec 6,7 millions de visiteurs uniques) aussi facilement…

Le titre Le Figaro fête ses 183 années d’existence et tirait traditionnellement ses revenus de 3 sources : la vente au numéro, la publicité et les petites annonces. Au moment du rachat par le Groupe Dassault, le virage numérique s’est accompagné d’une diversification en trois branches : les sites éditoriaux (Le Figaro.fr, TV mag, Sport 24, …), les sites de services (billetterie avec le rachat de TickeTac, Bazar Chic) et les sites de petites annonces à travers aden classifieds (keljob, cadremploi, …). L’ensemble de ces sites draine 12 millions de visiteurs uniques par mois, soit 1/3 de l’audience totale des internautes français.

En parallèle de la réflexion générale autour des “nouveaux médias” assumée par Bertrand Gié au sein du groupe, Luc de Barochez s’attache à la stratégie éditoriale, qui s’oriente volontairement vers une couverture la plus large possible, proposant une vue exhaustive de l’information disponible à un instant “t”, au travers des contenus conjugués de la rédaction, des partenariats et des liens.

Depuis plus d’un an, Le Figaro.fr a choisi d’innover en implantant dans ses locaux un studio de télé numérique qui permet la production quotidienne en direct du Talk à 18h et du Buzz Media.  Mais il ne s’agit pas de changer de métier pour autant, c’est une adaptation des contenus au média, et non une tendance lourde qui transformerait Le Figaro.fr en web TV. Il n’y a pas de volonté de rendre l’ensemble des journalistes polyvalents mais l’objectif est d’être à l’écoute des personnes motivées à l’instar de Luc de Barochez précédemment responsable du service Etranger de la rédaction papier et qui a demandé de façon volontaire à passer sur l’édition en ligne, devenant le Directeur de la Rédaction du Figaro.fr.

Le cas du Talk est intéressant car il est géré par les journalistes politiques de la rédaction papier : il est diffusé  en direct sur le web et un commentaire papier est publié le lendemain. Luc de Barochez le qualifie ainsi d’émission “bi-média”. Cet exemple montre que de nouvelles voies restent à explorer.

Les articulations entre le web et le papier sont difficiles à saisir, surtout dans l’époque agitée que nous traversons, prônant à tout bout de champ la “mort de la presse papier”.

Le rapport “quotidien” du web et du papier ? La temporalité !

Vous voulez faire une promenade ? Rien de plus simple, vous enfilez votre paire de chaussures de randonnée et vous partez sur pistes balisées ou pas… Ou vous pouvez brancher votre console de jeu, vous connecter sur Second Life…

La différence ? Votre humeur, votre envie de faire un effort, votre disponibilité, l’endroit où vous vous trouvez, votre capacité physique, etc.

Nous avons trop tendance dans le débat lié à l’affrontement des supports/médias d’information à aller trop vite en besogne et à oublier l’insupportable réalité : nous lisons du papier depuis des millénaires, de l’imprimé depuis Gutemberg et de l’écran depuis…10 ou 20 ans… Même en ne rapportant que la “liberté de la presse” à 1789, nous avons deux siècles contre  deux décennies.

Dans une autre dimension, l’information comme d’autres “biens” se consomme : les modes de consommation varient d’un être à l’autre, d’une catégorie de population à une autre, mais également d’un moment à un autre.

Il y a des rituels -même s’ils peuvent avoir tendance à changer, du moins à être bousculés de façon de plus en plus radicale, y compris chez les “quinquas” et plus - et des “zones de contact” privilégiées qui nous feront préférer à un moment le support imprimé à l’écran.

Un des signes intéressant est l’essor de la presse gratuite distribuée dans les transports en commun, et notamment son impact auprès de la cible dite “jeune”.

Il y a des fonctionnements neuro/physio/psychologiques qui font que la préhension, le rapport à une information, sa compréhénsion et sa mémorisation sont liés à une expérience plus large que sa simple lecture ou son “déchiffrage”. Le rapport spatio-temporel n’est pas un vain repère dans l’expérience…

Pour Luc de Barochez, les lecteurs “papier” vont associer l’exercice à un loisir/plaisir et choisir un moment “vacant” (trajet en transport) ou de détente pour lire, d’ailleurs des informations parfois plus liées à cet état d’esprit… Les lecteurs “écran” sont plutôt mobilisés sur les horaires de bureau à la recherche d’information professionnelles et/ou pratiques.

La lecture sur écran est “fatigante” et souvent parasitée soit par l’environnement contextuel de l’info ou par le système du “multitasking” qui sollicite l’esprit en permanence et peut diluer le rapport au texte. Le rapport à l’imprimé permet parfois plus de concentration : c’est d’ailleurs la voie choisie pour le distingo du traitement de l’information par Le Figaro “papier ” plus poussé vers l’investigation, l’éclairage fouillé, …, par rapport à une information continue en ligne plus “à chaud”, plus réactive, moins ancrée dans l’analyse (et certains de dire, moins marquée par la ligne éditoriale traditionnelle, assimilée “centre-droit”).

La force de la marque et l’expertise d’une rédaction papier permanente

Un des paradoxes qui sous-tend pourtant une idée sans doute plus puissante que cela ne paraît : la notion de limite. Un support papier tel qu’un journal est façonné suivant une pagination et des “cahiers”.  De plus, avec le recul dont nous disposons, nous connaissons les parcours de lecture de l’oeil (et de la main). Ce support papier ne comportera pas plus de caractères que la place allouée dans la maquette… Or notre esprit humain est limité et il a besoin de cadres et de repères pour fonctionner au maximum de ses possibilités (même si la serendipity, la liberté, …,sont acceptables.;) ) . Le web offre un espace illimité de stockage, de développement de l’information, etc. Et cela peut se révéler être un “gouffre”. La lecture à l’écran se veut plus immédiate car le regard est plus spontanément fuyant, les limites pour le coup vont être d’ordre plus technique (quoique…) la gestion de la taille de l’écran… D’un coup d’oeil je visualise une page, une double page et concentre mon attention sur un point précis… Tout ce vide à remplir peut donner le vertige…

Si la notion d’audience reste incontournable, que ce soit pour les ventes papier ou les insertions publicitaires en ligne et la monétisation des outils et services mis en place - quand David Abiker, journaliste de France Info qui anime le débat,  pose la donnée des millions d’abonnés d’Orange ou de MSN en indiquant qu’ils peuvent fournir de “l’information” à moindre frais et devenir de ce fait n°1 (à l’heure actuelle Le Figaro.fr détient la place, suivi en effet par de “pure player” comme Yahoo et Google News), Luc de Barochez insiste sur l’intérêt et le pouvoir de “la marque Le Figaro”. En face d’une force de frappe liée à une audience “captive”, Le Figaro offre une valeur ajoutée au niveau des contenus.

D’où l’idée de développer une zone payante sur le site, proposant des contenus innovants, des outils et des services. Mais il est vrai que “le modèle économique” de la presse on/off-line se cherche. Preuve en est l’annonce de l’arrivée prochaine d’éditions papier hebdomadaires de Mediapart ou Backchich.

Un nouveau terrain reste à explorer : celui du support mobile qui génère avec l’arrivée de l’IPhone un trafic surprenant  pour Le Figaro.fr et ouvre de nouvelles perspectives tout en soulevant des questions subsidiaires, telles que la rédaction d’articles spécifiquement adaptés au format de ces nouveaux écrans, la proposition d’abonnement payant simplifié par les développement du micropaiement, etc.

Pour le Groupe Le Figaro, la marque est liée à l’établissement du quotidien depuis 183 ans, ce qui lui donne une légitimité et une crédibilité dans le monde de l’information, il est donc inenvisageable de glisser comme certaines éditions Outre-Manche vers des quotidiens qui ne paraissent plus tous les jours ou des éditions uniquement numériques. D’autant que les publics des éditions papier et web du Figaro ne sont pas les mêmes et se recroisent peu. La formule du Figaro.fr permet donc de drainer une nouvelle audience attirée par le média, par la fourniture d’une information continue la plus exhaustive possible avec une qualité reposant sur les fondations même de la marque. La rédaction papier s’appuie sur 280 journalistes et la rédaction web dispose de sa propre équipe comportant une trentaine de journalistes à laquelle s’ajoute la dizaine de Sport 24. Lorsqu’un expert est nécessaire, il n’est pas besoin d’aller en chercher un très loin, ce qui fait que même si une partie des contenus reposent aussi sur des dépêches agence, ils sont pour la plupart la véritable production du journal.

En termes de contenus toujours, la reprise de l’édition papier sur le web tend à s’amenuir, repris pendant un temps aux 3/4, il n’y en a désormais plus qu’un tiers : certaines grandes exclusivités sortent désormais dès la veille sur le web et il y a une vraie montée en puissance des contenus propres à la rédaction web. De plus, la spécificité du média en ligne oblige également à développer le “link journalism”.

Les liaisons entre le papier et le web ne sont pas encore établies de façon systématique, mais pour certains reportages, par exemple sur la Somalie paru dans Le Figaro Magazine, un “making-off” a été proposé en ligne.

En attendant une possible édition du Figaro en Anglais pour asseoir et élargir son audience, le quotidien papier proposera fin Septembre une nouvelle formule tout en couleurs dans un nouveau format, preuve qu’il y a encore des raisons d’investir dans le support traditionnel.

 

Tiffany Assouline

CLIN D’OEIL

RT @mikiane : NewspaperWebsites & GoogleNews are loosing audience when Facebook & Twitter are more & more popular! Is Serendipity the answer ?

A LIRE AUSSI

La presse en ligne cherche son modèle depuis 14 ans !

Libé tente de se transformer

Le quatrième pouvoir est en train de changer de mains

Reuters et AFP tombent (à leur tour) dans le tout à l’égout !

Posted in Non classé.

Tagged with , , , , , , , , , , , , , , , .

Partager cet article

Repost0

commentaires

Rozéfré 01/12/2009 18:27


Bonne continuation


A Propos De L'auteure

  • : Le blog CréaTif : Création, Culture, Communication, Emploi, NTIC et Sociologie
  • : pensées, paroles et actions d'une CréaCtive ! Création et développement de votre image artistique, professionnelle et personnelle, grâce à une expérience de 25 ans dans les secteurs de la Communication et de la Culture...
  • Contact

Retrouvez-moi aussi sur :

reseaulution.JPG
 bandeaufee.JPG

Rechercher

Ma présence sur le web